top of page
Rechercher

1er Arrondissement - Qu'est-ce que tu caches ?

Sommaire :

I. Les visites guidées

II. Les monuments majeurs


Pyramide du Louvre

Le Louvre est aujourd'hui le plus grand musée du Monde. Avec ses dix millions de visiteurs annuels, il est évidemment l'un des must-see de Paris. Mais le Louvre n'a pas toujours été un musée. Il a été construit par le roi Philippe-Auguste à la fin du 12e siècle. À ce moment-là, il s'agissait d'une citadelle défensive, pour protéger la Seine. 150 ans plus tard, le roi Charles V fait de gros travaux pour transformer ce château fort défensif en palais royal. Le Louvre restera la résidence parisienne principale des rois de France jusqu'à la construction du château de Versailles. Encore 200 ans plus tard, François Ier fait raser le Louvre qu'il trouve vieillot et le remplace par un château renaissance (stylé). Près de 70 ans plus tard, Henri IV a l'idée de relier le Louvre au Palais des Tuileries : c'est ce qu'on appelle "le grand dessein du Louvre", chantier balaise auquel chaque roi et empereur travaillera jusqu'à Napoléon III. Quand les rois s'installent à Versailles, le Louvre devient le dépôt des œuvres d'art de la monarchie. La Révolution Française l'ouvre au public et en font donc un musée national. En 1889, pour le centenaire de la Révolution, l'idée est lancée d'installer une pyramide dans la cour carrée du Louvre. Celle-ci sera réalisée un siècle plus tard par l'architecte Ieoh Ming Pei et inaugurée par François Mitterrand dans les célébrations du bicentenaire.


La Conciergerie est aussi un ancien palais royal. À l'ouest de l'île de la Cité, c'est la partie visitable de ce qu'on appelait autrefois le Palais de la Cité. Déjà à l'époque romaine, cette partie de l'île était occupée par un palais militaire. C'est sans doute ici que l'empereur Julien a été proclamé en 360(la classe, non ?). Les rois Mérovingiens ont une cour itinérante en Gaule (la France n'existe pas encore) et leur résidence parisienne est dans ce palais. Les Capétiens l'agrandissent et le modernisent peu à peu. C'est dans ce cadre que Louis IX fait ériger la Sainte-Chapelle. Une horloge est installée au 14e siècle et remaniée à l'époque de Henri III (16e siècle), toujours visible (quoique modifiée et restaurée plusieurs fois) depuis le boulevard du Palais. Abandonné par Charles V, une partie du Palais devient la prison du "Concierge du Palais", homme probe chargé de la justice. Pendant la Révolution française, elle devient l'une des plus importantes prisons parisiennes, accueillant notamment Marie-Antoinette, mais aussi Robespierre, de Gouges, Danton... Le tribunal révolutionnaire s'y installe. Au 19e siècle, il est confirmé comme Palais de Justice de Paris, jusqu'en 2018 (déménagement d'une partie des services et tribunaux vers la Porte de Clichy).


Le Palais-Royal s'est d'abord appelé Palais Cardinal. Il faut dire que c'est Richelieu qui le fait bâtir au 17e siècle. Il s'y installe en 1641 et meurt l'année suivante. Le bâtiment est légué au roi Louis XIII qui meurt l'année suivante. Le bâtiment est léguée à la reine régente, Anne d'Autriche. Mais Louis XIV préfère Versailles et laisse le Palais-Royal à son frère, Philippe d'Orléans qui en fait un lieu de plaisirs libertins très connu dans la capitale. La troupe de Molière y joue régulièrement. Au 18e siècle le peuple parisien s'y masse pour y entendre des idées nouvelles. L'avocat Camille Desmoulins n'imagine sans doute pas à quel point il sera entendu quand, le 12 juillet 1789 il grimpe sur une table pour appeler à l'insurrection. Après la Révolution, le Palais-Royal devient quartier chic et s'y installent la Comédie Française, le Théâtre du Palais-Royal, puis le Conseil d'État, le Conseil Constitutionnel, le ministère de la Culture... En 1985, l'artiste Daniel Buren aménage le parking du ministère avec son œuvre "les deux plateaux" qui fait scandale et finit par faire le bonheur des instagrameurs.


La Sainte-Chapelle fait partie de l'ensemble du Palais de la Cité. Elle a été voulue par le roi Louis IX au milieu du 13e siècle pour deux raisons principales. D'abord, pour avoir une chapelle dans son Palais, parce que c'est la classe et que ça évite d'aller se mêler au petit peuple à la messe. Ensuite et surtout pour accueillir les reliques de la Passion du Christ qu'il vient d'acheter (pour avoir une petite idée, la construction de la Sainte Chapelle coûte environ quatre fois moins cher au royaume que les reliques elles-mêmes). La pièce maîtresse, c'est la couronne d'épines qu'aurait porté Jésus au moment de sa crucifixion. Bien entendu, aucune preuve scientifique ne permet d'attester la véritable nature de ces reliques. Bien entendu, ce qui frappe dans l'architecture de la Sainte Chapelle, c'est qu'elle est conçue comme un reliquaire et laisse donc une immense place aux plus de mille vitraux qui semblent constituer l'intégralité des murs. Louis XVI fait fermer la Sainte-Chapelle en 1787 pour raisons financières. Devenue bien national pendant la Révolution, elle est restaurée au 19e siècle.



Le Pont-Neuf est tout sauf neuf. C'est même le plus vieux pont de Paris. Construit à la demande du roi Henri IV en 1578, il est très long à construire. D'abord parce que c'est un ouvrage phénoménal (240 mètres) mais surtout parce que Paris est ravagée par les guerres de Religion. Son nom de Pont-Neuf ne vient pas (comme on l'entend parfois) du fait qu'il était neuf au moment de son inauguration (il l'était mais dans ce cas tous les ponts s'appelleraient Pont-Neuf), ni du fait qu'il est bâti sur neuf arches (il y en a 12). Non, il s'appelle ainsi car il est le premier pont en pierres à ne pas être bâti. Car oui, avant, tous les ponts de pierre à Paris étaient hérissés de maisons. Les corbeilles sur le côté du pont servent néanmoins de boutiques et de stands de spectacles jusqu'au 19e siècle. Une statue de Henri IV est installée au milieu du pont, sur la pointe de la place Dauphine. Très visuel, il est l'un des ponts les plus peints, filmés et photographiés de France.



La Bourse de Commerce tire son origine du souvenir de la Reine Catherine de Médicis pour sa jeunesse à Florence. Désirant un palais florentin à Paris, elle se fait bâtir l'Hôtel de Soissons dans le quartier des Halles. Elle n'oublie d'ailleurs pas d'y installer une colonne surmontée d'une cage métallique pour que son astrologue puisse lire l'avenir dans les orages. Au 18e siècle, le palais est démoli et on installe à sa place la Halle au blé avec un toit en bois. En 1802, un important incendie s'y déclare (d'après Assassin's Creed, c'est de la faute des Templiers, mais la source n'est pas fiable). On remplace le toit par une coupole de verre. Un deuxième incendie a raison de la Halle au blé qui devient bourse de commerce à la fin du 19e siècle. Les activités boursières s'y arrêtent en 1998 et la Chambre de Commerce et d'Industrie s'y installe pour vingt ans avant de laisser place aux collections d'art contemporain du milliardaire François Pinault.


III. Les lieux emblématiques


Pour se balader dans le 1er arrondissement :

  • La place Vendôme mondialement connue pour ses enseignes de bijouterie de luxe. On n'y vient pas nécessairement pour un shopping improvisé, mais pourquoi s'interdire de rêver ? Le luxe est aussi dans le palace Ritz, fondé par César Ritz et Auguste Escoffier à la fin du 19e siècle. Les voisins du ministère de la justice veillent.

  • Les Halles sont surnommées "le ventre de Paris" depuis Émile Zola. Le marché central de Paris y est installé au 12e siècle. Les Halles s'agrandissent aux 16e puis 18e siècles. Baltard y aménage des pavillons au milieu du 19e siècle, démolis en 1970 pour laisser place à un grand centre commercial, le forum des Halles qui, détesté des Parisiens, est remplacé à son tour par la Canopée en 2016.

  • Le jardin des Tuileries est à l'emplacement d'anciennes fabriques de tuiles au 12e siècle. Catherine de Médicis y installe son château et l'aménage d'un grand jardin à l'italienne. Cent ans plus tard, André Le Nôtre réaménage entièrement le jardin. Depuis le 18e siècle, c'est aussi une galerie de statues à ciel ouvert. Pendant la Révolution Française, le jardin est au cœur d'événements de première importance. Le Palais, quant à lui, est détruit en 1871 par un incendie.

  • La place Dauphine est la seule place triangulaire de Paris. Elle marque la pointe occidentale de l'île de la Cité. Il s'agit d'une place "royale" que Henri IV souhaitait dédier à son fils (le Dauphin). Mais puisqu'il est mort avant de l'inaugurer, c'est bien sa statue équestre que l'on peut voir au sommet du triangle, au milieu du Pont-Neuf. Au fait, vous connaissez la couleur du cheval blanc d'Henri IV ?


IV. Un peu d'histoire


Paris est divisée en 17 arrondissements numérotés de 1 à 20. Bizarre ? Oui, comme souvent à Paris. Pendant la Révolution Française, Paris est divisée en 12 arrondissements. En 1860, la ville est agrandie et passe donc à 20 arrondissements. Cette situation a demeuré jusqu'en 2020 où les quatre premiers arrondissements de Paris ont été fusionnés en un secteur nommé "Paris centre" (pas de numéro pour éviter d'avoir à changer tous les numéros suivants. Pour autant, les arrondissements de ce secteur restent très identifiés pour leurs habitant·e·s. L'ancienne mairie du 1er arrondissement se trouve face à la Colonnade du Louvre. Collée à l'église Saint-Germain l'Auxerrois (église des rois de France), elle en imite l'architecture gothique.


V. Deux trois secrets



Commenti


bottom of page